COVID-19: Nous continuons de vous accompagner ! Le délai de livraison de 48h peut toutefois être susceptible d'être prolongé.

L'origine du casse-tête chinois

Définition d’un casse-tête

Femme tenant un casse-tête en bois

« Jeu de patience dans lequel il s'agit de reconstituer des formes en combinant les divers éléments.» Dictionnaire Larousse

« On appelle casse-tête une forme de jeu intellectuel en solitaire nécessitant une réflexion logique suivie d'une action manuelle ou non. Un casse-tête mécanique est un problème mathématique traduit sous la forme d'un objet spécialement construit et dont la ou les solution(s) fait appel à des manipulations guidées par le raisonnement et/ou par la chance.» Encyclopédie Universalis

Pour faire brefs, vous l’aurez compris dans les définitions ci-dessus, le casse-tête est un jeu de patience et de réflexion.

 

L’origine du casse-tête casse-têtes

Stomachion

Le plus vieux casse-tête connu à ce jour est celui d’Archimède (IIIème siècle ). Nommé le Stomachion (voir image ci-dessus) ou Locolus, il est composé de 14 pièces plates qui peuvent s’agencer 17 152 façons différentes afin de réaliser un carré. Les différents morceaux peuvent être disposés différemment afin d’obtenir d’autres formes plus ou moins figuratifs (Bateau, voiture, éléphant … ). On peut donc considérer que la trouvaille d’Archimède était le précurseur du tangram.

Ce n’est que dans les années 1800 que le tangram s’est démocratisé en Chine et au Japon.  On peut donc supposer que l’expression casse-tête chinois vient de là. Ce jeu devient tellement populaire qu’il arrive rapidement en Europe et dans le reste du monde.

Cependant, le tangram n'est composé de seulement 7 pièces (5 triangles, 1 carré et 1 parallélogramme). L'origine du mot ' tangram ' semble être occidentale : « Tang » (dynastie chinoise) et gram (venant du grec).

La légende dit qu'un empereur chinois du 16ème siècle, admirant un carreau de faïence, le fit tomber au sol où il se brisa en sept pièces. L'empereur voulut le reconstituer, mais il ne put jamais y parvenir et recréa des milliers de figures.

Les casse-têtes n’ont cessé de se développer vers la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle. Les brevets d'invention commençaient à s’enregistrer.

L’anglais Hoffmann a publié en 1983 un livre nommé « Puzzles old and new ». Ce dernier répertoriait de nombreux casse-têtes ainsi que leurs solutions. L’ouvrage est devenu une référence dans le domaine des jeux de casse-têtes. De ce fait, des ouvrages modernes ont été publiés.

C’est donc le début de la céphaloclastophilie, l’art de collectionner les casse-têtes !

Le Rubik's cube

Homme avec un rubik's cube

C’est l’un des plus connus dans le monde du casse-tête. Qui n’a jamais tenté de résoudre un Rubik's ! Ce cube aux 6 faces colorées a fait tourner les têtes de plusieurs générations et les fait encore tourner ! Voici son histoire…

La création du Rubik's cube date de 1974. Ce casse-tête est une invention d’un professeur et architecte hongrois nommé Ernö Rubik. Avant tout, cette invention est une œuvre d’art qui avait pour but de faire deviner à ses étudiants comment les cubes pouvaient se déplacer en 3 dimensions tout en restant solidaires. Par la suite un de ses amis lui suggéra d’y mêtre des étiquettes de couleur sur chacune des faces du cube. C’est donc à ce moment-là qu’il comprit qu’une fois le cube mélangé, il était difficile de retrouver l’ordre initial. Il a même fallu plus d’un mois à son inventeur pour le résoudre son énigme. « Terminé, dit-il, il suggère le calme, l'ordre, la sécurité. En opposition parfaite avec lorsqu'il est, une fois qu'il devient vivant, en mouvement. Il y a quelque chose de terrifiant sur un cube résolu, comme une bête sauvage encore calme mais sûre de sa force. »

Aujourd’hui, de nombreuses personnes ont démontré mathématiquement qu’il suffit de 20 mouvements suffisent pour résoudre le jeu. Aucun ordinateur n’a pourtant su donner l’algorithme correspondant à chaque mélange.

Par la suite, il eut donc l’idée de déposer un brevet hongrois en 1975 puis de le commercialiser en tant que jeu. Le fameux casse-tête fit son arrivée ! En 1980, la société Ideal Toy est conquise par le « Magic Cube » d’Ernö Rubik et décide de commercialiser le concept. Cette société décide de changer le nom en « Rubik’s Cube » allège le jeu en divisant son poids par deux. Ses ventes décollent difficilement, Ideal Toy décide de ce fait de faire une campagne publicitaire télévisée. L’année d’après, les ventes du célèbre casse-tête décollent !

Aujourd’hui, et ce, depuis presque 30 ans, de nombreux concours ont été organisés à travers le monde et de nombreux livres ont été publié à son sujet. Leur but est le même résoudre le plus rapidement possible son rubik’s cube et tenter de battre le record du monde.  Ce record est actuellement par un chinois qui a résolu un cube 3x3x3 en seulement 3,47s. Bravo Yusheng Du !

 

Les puzzles

Famille faisant un puzzle

Les puzzles sont des jeux de patience qui sont composés d'un nombre important de pièces découpés qui nécessite de rassembler afin de reproduire l’image de base. Chacune des pièces d’un puzzle est unique ainsi, on ne peut l’utiliser que dans une seule configuration. Ce type de casse-tête se présente souvent sous la forme d’un carré ou bien d’un rectangle, mais aujourd’hui on peut également le retrouver sous des formes en 3D !

Son inventeur, John Spilsbury, l’a créer en 1760 comme outil pédagogique permettant d’apprendre ludiquement. L’anglais Spilsbury était un cartographe, mais également un graveur, il eut donc l’idée de découper des cartes du monde entier afin d’apprendre la géographie.

Ensuite, les puzzles ont été fabriqués avec une fine planche en bois où était peint une image. Le terme « jigsaw » en anglais désigne une scie à chantourner, l’outil qui permet de découper chaque pièce du puzzle. C’est ainsi qu’on a inventé le terme « jigsaw puzzle » qu’on peut parfois voir. « Puzzle » est un mot anglais qui signifie de façon générale un casse-tête ou bien une énigme.

Au départ, les pièces des puzzles étaient simplement juxtaposées, aujourd’hui elles sont emboîtables. Cette technique d’emboîtement est venue des États-Unis dans les années 1930. Les méthodes de production ont toutes été mécanisées afin de réduire les coûts de conception. C’est aussi à ce moment que le bois a été remplacé par du carton, moins onéreux. C’est donc le début de la production en masse de puzzles et de l’exportation de ce dernier. On peut encore aujourd’hui trouver des artisans qui fabriquent des puzzles. Pour cela, ils superposent plusieurs planches de bois où l’image a été préalablement collée et viennent ensuite découper à la scie chaque pièce.

Le passionné de puzzle ne déterminera pas un bon puzzle à la qualité du cliché de départ, mais plutôt à la qualité de la découpe. Ce n'est pas le sujet, mais bien la subtilité de la découpe qui définit la difficulté du puzzle. Aujourd’hui, les techniques ont bien évoluée et la découpe au laser s’est généralisée, permettant de réaliser des découpes précises et de produire en série des modèles d'une très grande complexité.

Le nombre de pièces et leur taille vont également définir la difficulté du puzzle. Les puzzles ordinaires commencent à 300 pièces, mais il existe pleins d’autres versions de 500, 750, 1 000 ou bien même 10 000 pièces. Pour les enfants, les puzzles commencent avec seulement 3 ou 4 pièces afin de les initier qui par la suite peuvent évoluer vers quelques dizaines de pièces.

De nombreux concours existent à ce jour, chaque participant a le même but : assembler le plus rapidement possible son puzzle. Un véritable casse-tête !

Le plus grand puzzle du monde est commercialisé par la société française Grafika située en Moselle. Le nom du puzzle est « Travel around the World » et est composé de 48 000 pièces, il mesure 7,68 m  x 2,04 m !

 

Le puzzle 3D

Le puzzle 3D est la version moderne du puzzle 2D. Il fut inventé en 1990 par le Québécois Paul-Émile Gallant. Il développe un système avec sa machine-outil capable de fabriquer casse-têtes en trois dimensions. Son invention fut nommée « Puzz-3D » et le fit aussitôt breveter.

Les pièces Puzz-3D sont flexibles, réalisées en mousse de synthèse souple, sur lesquelles on colle le revêtement du puzzle. Une fois le puzzle assemblé, l’ensemble est assez rigide pour être déplacé et peut être exposé.

Il existe différentes formes de ces puzzles :

-  Monuments historiques ou sites célèbres (Mont Saint-Michel, Empire State Building...)
-  Boule représentant différentes images (globe terrestre, ballons, images animalières...)
-  Statue ou autre sculpture coupées en tranche (Baiser de Rodin, Réveil...)

Son invention est un réel succès !

Suite à l’invention de Paul-Émile Gallant, arrive le puzzle 3D en bois.  Personne ne sait réellement la date d’apparition de ces derniers. Cependant, le marché est riche de nombreux modèles en tout genre tous aussi beau l’un que l’autre.

Ces puzzles en bois peuvent être statiques ou bien mécaniques afin de créer un mouvement réel. Vous pouvez réaliser de magnifiques chefs-d’œuvre en quelques heures seulement. Le puzzle 3D est un passe-temps idéal et très bénéfique. Il a l’avantage de stimuler notre activité cérébrale, notre dextérité, mais également notre créativité en personnalisant votre puzzle qui pourra devenir un objet de décoration.

Ce jeu peut est multigénérationnel. Il peut se réaliser seul ou à plusieurs : père et fils, grand-mère et petite-fille, frère et sœur. Il nous apprend le travail d’équipe, la patience et la réflexion.

Mais faut-il toutes ces raisons pour dire tout simplement que l’on aime assembler toutes ces pièces en bois ?

Découvrez votre nouvelle passion avec les quelques modèles proposés dans notre collection puzzle 3D.